Les États généraux de la Voie Professionnelle se sont tenues samedi 6 avril 2019 au Palais du Luxembourg. Ces rencontres ont été l'occasion pour les enseignants, les inspecteurs, les lycéens, les parents d'élèves et des élu-es nationaux ou locaux de mettre en lumière les sérieuses défaillances de la réforme proposée par le ministre de l'Education nationale. Cette réforme annoncée par voie de presse n'a en effet fait l'objet d'aucune concertation. Elle s'accompagne d'une refonte des programmes qui n'a pas non plus fait l'objet d'une concertation sérieuse. 

 

Temps de travail des CPE,

 

nouvelle provocation du gouvernement

 

Le dernier rapport remis par l’Inspection Générale des Finances (IGF) cherche à légitimer les suppressions de postes de fonctionnaires promises par le gouvernement, quitte à faire preuve d’une insincérité flagrante.

La ficelle est un peu grosse… 

 

Mobilisé-es pour obtenir l’abandon

du projet de loi Blanquer

 

Les enseignant·es se mobilisent face à la politique éducative, rétrograde et libérale, conduite actuellement à marche forcée au mépris de leur expertise professionnelle et déjà sanctionnée par l’ensemble de la communauté éducative. 

Elles et ils rejettent notamment le projet de loi « pour l’école de la confiance », un texte qui ne permettrait en rien d'améliorer la réussite de tous les élèves et bouleverserait radicalement le fonctionnement et la structure de l’école avec notamment la création de regroupements écoles collège.

La grève interprofessionnelle du 19 mars a regroupé plusieurs centaines de milliers de manifestants dans toute la France, cela a été une étape significative dans cette construction du rapport de force engagé pour contraindre le gouvernement à entendre les revendications de millions de Français.

Dans les cortèges, de nombreux enseignants, ont fait entendre leurs revendications, la grève dans les écoles maternelles et élémentaires a été très suivie, et dans plusieurs départements des assemblées générales se sont tenues et ont décidé de poursuivre et d’amplifier leur mobilisation pour marquer leur opposition à la politique menée par le ministre.

 

 

LE 19 MARS :


construisons une riposte d’ampleur aux attaques


du gouvernement!

 

Depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois, le mécontentement s’étend dans tous les secteurs et se manifeste à travers tout le pays. Toutes et tous, salarié·es, précaires, retraité·es aspirent à plus de justice sociale et à vivre dignement.

Le pouvoir d’achat est une préoccupation prégnante et revendiquer une augmentation des salaires, des pensions et des minima sociaux est bien légitime!

Les menaces qui pèsent sur les services publics, année après année, fragilisent l’égalité entre les territoires et mettent à mal tout notre modèle social.

La future réforme de la Fonction publique que tente d’imposer le gouvernement, c’est la fin du paritarisme et de toute transparence dans les mutations, les promotions. C’est une remise en cause sans précédent de nos statuts.

Lire la suite du tract sous format