Avec 400 suppressions de postes dans l’Éducation nationale en 2019, les personnels administratifs et techniques font encore les frais des choix budgétaires du gouvernement Macron.

Encore un pas de plus vers la fusion d'académies et la mutualisation inter-académique?

Le tableau joint montre l'évolution sur les 7 dernières années. On constate que le rattrapage des 1500 postes supprimés par la RGPP est loin d'être effectif et que des académies paient de lourds tributs comme Lille, Nancy Metz, Reims ou Caen et Rouen.

Lire la suite du communiqué sous format  

 

Communiqué de presse de l’intersyndicale du second degré et des organisations lycéennes


Les organisations syndicales des personnels et des lycéens font l’analyse que les réformes des lycées généraux et technologiques, de la voie professionnelle et du baccalauréat vont accroître les inégalités et la sélection entre élèves et établissements. Des remontées des académies, il se dégage une cartographie profondément inégalitaire de l’offre de formation. On peut ainsi évoquer de multiples situations où l’accès aux enseignements se restreint fortement. La liberté de choix laissée aux élèves et aux familles tant vantée par le ministre n’est qu’un leurre et fait courir le risque d’enfermer certains jeunes dans des impasses. Les choix de parcours sont étroitement corrélés aux choix que les élèves devront faire dans Parcoursup.

 

 

Lutte contre les violences scolaires et répression financière : Idée fausse…et inefficace !

 

Alors que JM.Blanquer va annoncer un plan national de lutte contre les violences scolaires à la fin du mois de janvier, des informations sur de possibles sanctions financières adressées aux familles ont circulé dans la presse.

 


Jeudi 20 décembre, la CGT Éduc’action a été reçue en audience bilatérale par le ministère dans le cadre de la concertation nationale sur l’École inclusive qui doit se terminer le 14 février 2019. Le ministère prétend vouloir “rendre attractif le métier d’AESH, lui donner des perspectives d’avenir” mais ne propose aucune mesure concrète pour y arriver. Au contraire.

 

 

Les organisations syndicales font l’analyse que les réformes des lycées généraux et technologiques, de la voie professionnelle et du baccalauréat vont accroître les inégalités et la sélection entre élèves et établissements. Des remontées des académies, il se dégage une cartographie profondément inégalitaire de l’offre de formation. On peut ainsi évoquer de multiples situations où des territoires entiers voient l’accès aux enseignements se restreindre. La liberté de choix laissée aux élèves et aux familles tant vantée par le ministre n’est qu’un leurre et fait courir le risque d’enfermer certains jeunes dans des impasses. Les choix de parcours sont étroitement corrélés aux choix que les élèves devront faire dans Parcoursup.