Appel unitaire à la grève le 17 juin

 


Depuis plusieurs mois, les personnels de l’éducation se mobilisent dans de nombreux établissements et se sont rassemblés dans des actions nationales d’ampleur.


Que ce soit du côté des parents d’élèves ou des enseignants, l’inquiétude et la colère sont grandes devant les réformes du lycée et du baccalauréat, de la voie professionnelle, la loi dite de la « confiance » et l’ensemble des transformations du système éducatif imposées par le Ministre.

 

 

La répression gouvernementale, les intimidations


et les menaces de sanction contre les personnels doivent s’arrêter

 

 

Les fédérations FNEC FP-FO, FERC-CGT et Sud Education déplorent le fait que, confronté à une contestation en profondeur par les personnels de l’Education nationale, de ses projets de réformes de la Fonction Publique et de l’Education Nationale, le gouvernement et notamment le ministre de l’Education Nationale se soient engagés dans une spirale de répression, de menaces de sanctions et d’intimidation vis-à-vis de nos collègues. 

Déclaration en direction des 2 ministères : Éducation nationale et ministère du travail

 

« Liberté » de « choisir » son avenir professionnel : Le titre de la loi nous propulse sur un petit nuage idyllique mais textes après textes la communication officielle peut difficilement masquer la réalité et les conséquences. C’est une attaque en règle contre les services publics de la formation et de l’emploi et une remise en cause du droit pour chacun de se former et d’élever son niveau de qualification. Les titres des décrets d’application, plus explicites font beaucoup moins rêver et montrent la finalité des compétences. Les entreprises recherchent les compétences immédiatement disponibles et exploitables en mettant au besoin en place des « actions de développement des compétences » pour leur·e·s salarié·e·s. La ministre du travail de son côté incite fortement les entreprises à créer leurs propres centres de formation financés par les OPCO et qui seront en concurrence avec les organismes à but non lucratif existants. S’agit-il d’obtenir un titre ou un diplôme ? S’agit-il de reconnaître les qualifications dans les grilles salariales ? Que nenni ! Il ne faut plus utiliser ces « gros mots » d’un autre temps ! Il faut avoir ou acquérir « LA » compétence dont a besoin l’entreprise sous peine de licenciement fortement facilité par les lois « travail » Macron-El Khomri.

 

 

 

Partout en France, depuis plusieurs mois, les actions locales se multiplient, démontrant l'ancrage et la vigueur de la mobilisation de tous les personnels contre les réformes : loi sur l'École de la confiance, lycée Blanquer, enseignement professionnel et Fonction publique.

La mobilisation du 9 mai contre le projet de réforme de la Fonction publique, démontre la volonté des personnels de défendre un service public, indispensable au plus grand nombre et aux catégories les plus fragiles, elle a été une réussite comme en atteste la présence de plusieurs centaines de milliers de collègues dans les manifestations organisées.

En maintenant les mêmes orientations politiques, celle des suppressions de postes, du gel des salaires et de la contractualisation des recrutements, les promesses de hausse des salaires enseignants ou de “non-fermeture” de service relèvent jusqu’à preuve du contraire, d’un plan de communication d’un gouvernement qui refuse de répondre aux revendications des personnels.