Educ’action, maintenons la pression contre le gouvernement.

 

Depuis de très nombreux mois, la CGT Educ’action dénonce la politique gouvernementale et les très nombreuses attaques contre les salaires, les pensions, les minimas sociaux et la protection sociale. Elle s’oppose également aux nombreuses contre-réformes dans l’Education car porteuses de régression sociale pour les élèves et les personnels (réforme des lycées et de l’enseignement professionnel, liberté pédagogique restreinte dans le premier degré...).

 

Il y a URGENCE à EXIGER une AUTRE SOCIÉTÉ 

Et une autre ÉCOLE

  

Depuis des mois, la CGT dénonce:
     - les attaques contre les salaires, la baisse des pensions et minima sociaux
     - les attaques contre la protection sociale
     - les réformes porteuses de régression sociale pour l’Éducation nationale et ses personnels.

Lire la suite du  tract  de la CGT Éduc’action au format 

Lire également le tract de la FERC-CGT au format 

  

Élections professionnelles dans l’Éducation nationale :

la CGT Éduc’action renforcée

 

Les élections professionnelles dans l’Éducation nationale se sont terminées jeudi 6 décembre après une semaine de scrutin chaotique.

Alors que cette période de vote a débuté par de graves dysfonctionnements obligeant le ministère à suspendre le vote pendant plusieurs heures, les collègues se sont tout de même mobilisé·es afin de pouvoir exercer le plus sereinement possible leur droit de vote.

  

Concours 2019,

suppressions de postes confirmées dans la voie pro !

 

La publication des postes aux différents CAPES et CAPLP confirme la justesse de l'analyse de la CGT sur l'impact de la réforme des lycées, notamment dans la voie professionnelle. Alors que la hausse démographique est continue, le nombre de poste aux CAPES externe passe de 5833 à 5460 postes en 2019.

  

La jeunesse dit non aux réformes et à la précarité.

 

À l’appel de l’UNL, des blocages ou tentatives de blocage de lycées, généraux et technologiques et professionnels se multiplient ce vendredi ainsi que des manifestations massives de lycéen·nes (300 à Nevers, 1500 à Tarbes au cri de Macron démission…).