L’ÉCOLE EST UNE PRIORITÉ ? 

  • 1800 suppressions globales de postes dans les collèges et lycées pour la rentrée 2019 !

  • 2600 suppressions de postes dans le second degré avec une augmentation du nombre d’élèves

  • Hausse des effectifs/classes

  • Dégradation des conditions d’étude des élèves et de travail des personnels.

  • Suppression de 400 postes administratifs et techniques. 1 poste supprimé dans un EPLE ou un service, c’est du travail reporté sur les personnels maintenus en place ET une mobilité forcée. 

OBJECTIF BUDGÉTAIRE 2019 : 3000 suppressions de postes dans le second degré public et les services administratifs ! 

Lire la suite du tract au format 

 

Inacceptable et rejetée par les PLP la réforme c’est :

LA BAISSE DES HEURES D’ENSEIGNEMENT EN BAC PRO :

- 380 heures (grille 1) et – 296 (grille 2) pour les élèves / - 252 heures profs

UNE BAISSE INACCEPTABLE DES HEURES DISCIPLINAIRES EN PROFESSIONNEL COMME EN GENERAL :

Bac pro : en comparant à l’actuelle grille 1

Enseignement professionnel  disciplinaire de 1152 à 856 (+108 chef d’œuvre et 128 de co-enseignement) = - 296 h 

En lettres-histoire de 380 à 267 (+71 de co-enseignement)  = - 42 h

En maths-sciences  de 349 à 237   (+57 de co-enseignement) = - 55 h

En LV1 de 174,5 à 168 et en LV2 (grille2) de 174,5 à 97… = - 77,5 h en LV2

Lire la suite du tract au format 

 

La CGT Éduc’action a appelé les personnels des lycées professionnels à faire grève le jeudi 27 septembre pour rejeter le  projet de réforme de la voie pro, qui supprime des postes et appauvrit la formation. Cette réforme est une menace sans précédent pour l’enseignement professionnel. Les mesures qui seraient mises en œuvre dès la rentrée 2019 modifieraient profondément la finalité et les missions des LP. Elles remettraient en cause l’avenir professionnel de toute une partie de la jeunesse du fait de la déspécialisation et de la déqualification qu’elles génèreraient. Elles accentueraient la concurrence avec l’apprentissage et par le biais du mixage des publics et des parcours.

 

 

L’intersyndicale CGT Éduc’action- SNUEP FSU – SNEP FSU – SNALC – SUD Éducation – SNCL – SIES FAEN - se félicite de la réussite de la journée de grève du 27 septembre dans la voie professionnelle. Les personnels rejettent le projet de réforme de la voie professionnelle imposé à marche forcée par le ministre, comme en témoignent les 20 à 30 % de grévistes dans les établissements. Les rassemblements et les manifestations qui se sont déroulés sur l'ensemble du territoire ont été un succès.

 

Pour la préparation du Conseil Supérieur de l’Éducation du 10 octobre, le ministère a été contraint de communiquer les projets des nouvelles grilles d’enseignement dans la voie professionnelle du lycée. Les annonces faites en mai 2018 à la presse se retrouvent dans ces projets, preuve que le ministère a été complètement sourd aux propositions des organisations syndicales. 

L’arrêté concernant le baccalauréat professionnel entérine la suppression de l’équivalent de 9 à 11 semaines de cours pour les élèves sur les trois années de formation. L’arrêté fixant les horaires d’enseignement en CAP confirme également l’équivalent de 4 à 6 semaines de cours en moins sur les deux ans de ce cursus.