Communiqué intersyndical

E3C : non aux menaces de sanctions

 

Nos organisations syndicales comme les équipes pédagogiques des établissements ont signalé depuis des mois les dysfonctionnements qu’allait engendrer la mise en œuvre des E3C.

À aucun moment, le ministre n’a envisagé de remettre en cause la tenue de la première session d’E3C.

 

 

Nos mobilisations seront victorieuses !

 

Partout dans le pays, à l’appel de nos organisations syndicales, la mobilisation se poursuit dans de nombreuses professions par la grève et la multiplication d’initiatives comme les manifestations aux flambeaux, les actions de dépôts des outils de travail dans des lieux symboliques ; les femmes organisent partout des initiatives pour visibiliser qu’elles sont les grandes perdantes de ce projet.

 

 

Un 24 massif et déterminé pour le retrait

 

Le Président de la République a donné son feu vert à l’examen en Conseil des ministres du projet de loi sur les retraites le 24 janvier 2020. Ce projet renvoie à de nombreuses ordonnances et décrets qui définiront ultérieurement et sans débat les dispositions structurantes du régime prétendu universel qui impliqueraient des conséquences désastreuses pour toute la population. Nous sommes donc face à un projet qui est toujours totalement flou mais dont l’analyse des grandes lignes, y compris par des experts indépendants, montre qu’à l’opposé de la communication gouvernementale sur une réforme de justice sociale, son objectif est de nous faire travailler plus longtemps et de baisser les pensions. La population n’est pas dupe et continue à être opposée à cette réforme et à soutenir majoritairement la mobilisation contre ce projet absurde et injuste.

 

 

Indemnités E3C : nouvelle provocation du ministre

 

Le 20 janvier, le ministère a dévoilé aux organisations syndicales ses projets de décrets et arrêtés sur les indemnités d’évaluation des E3C qui seront étudiés au comité technique ministériel du 29 janvier.
Sans préjuger du contenu définitif de ces textes à l’issue du CTM, ces projets sont, en l’état, totalement inacceptables.

 

 

Réforme des Retraites : Pour la CGT Educ'action,

c'est toujours NON, Un point c'est tout

 

En abandonnant provisoirement l’âge pivot, le gouvernement veut apparaitre comme celui qui joue l’apaisement et qui souhaite entrer dans une négociation constructive avec certains partenaires sociaux.

Pour la CGT Éduc’action, cette annonce est un leurre car cette mesure est simplement suspendue.

Cela permettra au gouvernement de légiférer seul en cas d’ échec des négociations entre patronat et syndicats. Il n’y a aucun doute sur le fait que l’âge pivot se transformera alors en âge d’équilibre avec les mêmes caractéristiques et les mêmes effets.

Lire et télécharger le tract au format