Le 5 juin, des militants d’extrême-droite ont tué Clément Méric, syndicaliste étudiant et militant antifasciste. Ce meurtre nous indigne et nous révolte ; il s’inscrit dans la suite de très nombreuses agressions commises par des groupes d’extrême-droite ces derniers mois. La situation exige des actes forts, permettant de mettre un coup d’arrêt à la propagation de ces idées et pratiques nauséabondes...

L'intersyndicale nationale interpelle, de manière unitaire, le ministre de l’Éducation nationale concernant la situation des personnels non-titulaires.

La CGT-Éduc'action appelle ses organisations à se saisir localement de cette interpellation pour mettre en place des mobilisations dans les académies.

Vous trouverez, en pièce jointe, cette interpellation. 

Montreuil, le 14 juin 2013

Le courrier intersyndical adressé au Ministre 

Clément Méric, militant anti-fasciste et syndicaliste de 18 ans, a été agressé hier à Paris, par un groupe de militants d’extrême droite. Il se trouve en état de mort clinique.

La CGT-Éduc’action exprime, face à cet acte, sa profonde tristesse et sa colère. Elle adresse son soutien à sa famille, à ses proches et à tous ceux qui militent à ses cotés.

La CGT-Éduc’action continuera le combat contre les idées que tentent de propager les responsables de ce crime odieux.

La CGT-Éduc’action appelle à participer au rassemblement

jeudi 6 juin à 18h30 place Saint-Michel à Paris (Métro Saint-Michel). 

Montreuil, le 6 juin 2013

Le communiqué au format 

Le projet de loi d'orientation est en relecture en commission à l'Assemblée nationale depuis mercredi 29 mai 2013. Cette relecture prend en compte le projet tel qu'il a été modifié par le Sénat. 
Dans le texte, le Sénat a précisé que la carte des formations professionnelles initiales doit obtenir l'accord de l’État (via les Recteurs) avant la prise en compte par la Région. 

La Cour des comptes a publié le 22 mai 2013 un rapport intitulé "Gérer les enseignants autrement", dans lequel un certain nombre d’analyses et de propositions sont présentées.
Elles ne peuvent que nous inquiéter au moment où le ministre V. Peillon va engager des discussions sur la redéfinition du métier d’enseignants. La Cour reprend des propositions des gouvernements Sarkozy, propositions qui avaient été retirées suite aux mobilisations des personnels qui refusaient une gestion capitaliste de l’Éducation nationale.