La rentrée 2012 ne marque pas de rupture manifeste avec la politique du précédent gouvernement, si ce n'est sur la forme. La situation sociale et économique reste inquiétante et aucune mesure significative n'a encore été prise en direction des salariés. Chômage, licenciements, pouvoir d'achat en berne, salaires bloqués, conditions de travail dégradées restent malheureusement dans le paysage. Pire encore, la politique du nouveau Ministre de l'intérieur, avec le démantèlement des camps de Roms cet été, ne diffère pas de celle de son prédécesseur...

Lire la suite du tract en Image

Il y a 16 ans, le 23 août 1996, les 300 sans papiers, hommes, femmes et enfants réfugiés dans l’église Saint Bernard à Paris étaient évacués dans la violence...

Lire la suite...

La manifestation débutera à 14h30 Place de la République pour se rendre à l’église Saint Bernard (Paris XVIII).

 

 Communiqué de la CGT Confédérale

"Emplois d’avenir professeur"
Copie à revoir

Ce vendredi 24 août 2012 le Conseil supérieur de l’Education (CSE) a été consulté sur un article du projet de loi sur les emplois d’avenir concernant le pré-recrutement de jeunes issus de milieux modestes souhaitant préparer des concours d’accès aux métiers de l’Enseignement...

Le taux de réussite au bac pro 2012 est en forte baisse par rapport à 2011 (-5,6 %), cette année marquait l'arrivée massive d'élèves passant leur bac pro en 3 ans contre 4 ans auparavant.
La baisse des résultats du baccalauréat professionnel de 5,6 points prouve malheureusement que de trop nombreux élèves n’atteignent pas le niveau requis. Cela montre la nécessité d'adaptation des parcours vers le baccalauréat professionnel pour permettre la réussite du plus grand nombre. Comme nous l'avions malheureusement annoncé, la réforme du bac pro en 3 ans a gravement handicapé les élèves les plus en difficulté de la voie professionnelle. Elle n'a pas non plus permis de limiter le nombre de sorties sans diplôme du système scolaire...

Dans un entretien au Parisien du 21 juillet 2011, Luc Chatel se vantait d'avoir réussi, avec sa coûteuse et caricaturale campagne de pub, à provoquer une "ruée vers le métier de prof".

La réalité est bien différente...