UN NOUVEAU GUIDE POUR L’ÉGALITÉ DANS LA FONCTION PUBLIQUE !

 

La CGT Fonction publique lance une grande campagne pour gagner l’égalité professionnelle femmes hommes dans la Fonction publique.

Dans la Fonction publique, 62% des agent.e.s sont des femmes et les inégalités salariales sont de 19%. Malgré les mesures prises ces dernières années, il reste de fortes inégalités: outre les inégalités salariales, inégalités dans l’accès aux postes de direction, dévalorisation des emplois très largement féminisés, retard de carrière, précarité d’une frange importante d’agent.e.s, violences sexistes et sexuelles… La liste des inégalités est longue, même dans la Fonction publique! Pour la CGT le combat pour l’égalité est une priorité. 

 

«Le 25 novembre : journée mondiale de lutte contre les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes»

 

Un an après l’apparition du hashtag #balancetonporc à la fin du tweet d’une journaliste écoeurée par les paroles d’un directeur de chaine, qu’en est-il de la situation des victimes qui ont osé dénoncer, publiquement ou non, l’homme qui tentait d’abuser de son pouvoir et d’un lien de subordination ?


Si la parole s’est libérée à la suite de ce mouvement #metoo (préféré à sa version française peut-être plus maladroite), si les femmes se sont senties moins seules et isolées, nous ne pouvons que constater le tra-vail qui nous attend encore pour faire reconnaître les violences subies. « Les femmes veulent l’égalité salariale, et en plus elles voudraient être traitées comme n’importe quel collègue masculin? ! Mais où va le monde !!! » « Et que va devenir la légendaire galanterie à la française, si on n’a même plus le droit de se laisser inviter au restaurant ou qu’un homme nous tienne la porte ? » Non, vraiment, ces archaïsmes et ce mélange des genres n’aident pas.

Lire la suite de notre 4 pages au format 

 

 

 

Violences sexistes et sexuelles : Ça suffit !

 

Depuis l’affaire Weinstein, des milliers de femmes ont pris la parole à travers #Metoo pour témoigner des violences qu’elles subissent au travail. Pourtant, gouvernement et patronat refusent de faire de chaque entreprise ou administration des lieux de transformation sociale avec une réelle prise en compte de ce thème pour changer la réalité des violences, qui reste un phénomène social grave et massif. La CGT fait des propositions pour produire du changement et agir, à commencer par l’obtention d’une obligation de négocier sur cette question.

 

1.REFUSONS LE SEXISME QUOTIDIEN


Volontaires ou plus souvent issus de stéréotypes et préjugés véhiculés par les hommes comme par les femmes, les propos sexistes ont pour conséquence d’entretenir la différenciation et la hiérarchie des sexes. Ils conduisent à nier le professionnalisme des femmes en les considérant d’abord comme des femmes avant de les traiter comme des collègues.

Lire la suite de notre 4 pages au forma

 

 

Assez de ces inégalités de salaires ou de déroulement de carrière qui font qu'en France les femmes gagnent en moyenne 24% de moins que les hommes dans le privé et 18% dans la Fonction publique. Victimes du plafond de verre, majoritaires dans les emplois les plus précaires, elles accumulent toutes ces inégalités jusqu'à la retraite avec des pensions inférieures de 42% à celle des hommes. 

Assez de ces propos sexistes, de ces actes de harcèlement ou de violences dont sont le plus souvent victimes les femmes. L'actualité, avec l'insupportable affaire Weinstein, nous a malheureusement montré l'ampleur du phénomène toutes catégories sociales confondues...

Lire la suite dans le 4 pages spécial 8 mars de la CGT-Éduc'action "Assez" au format 

Nous vous remercions pour ce travail de qualité et la présentation que vous en avez faite.

Les données sont systématiquement sexuées et les analyses pointent bien les inégalités femmes/hommes. Ces documents vont donc nous servir pour un travail que nous devrons mener sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans le groupe de travail que monsieur le secrétaire général vient de proposer et que nous accueillons favorablement puisque c’était notre demande...