Rencontre avec JM Blanquer :

des paroles et rien d’autre. 

 

La CGT Éduc’action a été reçue ce lundi 16 décembre par le ministre de l’Éducation nationale.

Notre organisation n’a rien appris de nouveau par rapport aux annonces faites la semaine passée par le Premier ministre ou JM Blanquer.

Le ministre a continué de marteler, contre toute logique, qu’il n’y aurait aucune diminution des pensions avec le futur système de retraites par points pour les personnels de l’Éducation nationale et a annoncé un calendrier de négociations de janvier à juin sur les revalorisations salariales.

Pour la CGT Éduc’action, tout ceci reste un effet d’annonces et ...

Télécharger le communiqué au format 

 

 

 

Mercredi 11 décembre, lors d’une action pacifique de soutien aux grévistes de la RATP, un enseignant syndicaliste d’Aubervilliers a été violemment interpellé. Après avoir passé 48h en garde à vue, et malgré de nombreux soutiens et rassemblements, il est aujourd’hui appelé à comparaître au tribunal de Bobigny. Cette répression syndicale qui cible un militant reconnu en plein mouvement contre le projet de réforme des retraites, illustre la répression permanente du mouvement social comme seule réponse du gouvernement aux colères populaires. 

La CGT Éduc’action demande sa libération immédiate et l’abandon de toutes les poursuites contre lui. 

Dourdan, le 13 décembre 2019

Télécharger le communiqué au format 

 

 

 

 

TOUJOURS MOBILISÉ·ES

Au lieu de répondre aux exigences d’une mobilisation historique, le gouvernement persiste et signe. Les annonces du Premier ministre confirment tous les reculs que cette réforme entrainerait. C’est bien l’ensemble de notre système de retraite basé sur la solidarité intergénérationnelle qui est explosé. Le gouvernement veut surtout diviser la mobilisation en faisant croire que seuls les jeunes seraient concernés.


Tout le monde sera perdant.

Nous devons amplifier le combat et tout faire pour gagner.

Télécharger le communiqué au format 

 

 

 

 

Depuis la publication du rapport Delevoye, le gouvernement cherche à masquer ses véritables intentions par des déclarations floues. L’ampleur de la mobilisation l’a alors contraint à abattre ses cartes. Sans surprise, les annonces du premier ministre sont conformes aux propositions préconisées dans ce projet.

C’est bien l’ensemble de notre système de retraite basé sur la solidarité intergénérationnelle qui est mis en pièces et remplacé par un système à points qualifié d’universel. Le calcul sur la carrière entière baisserait considérablement le niveau des pensions. L’instauration progressive d’un âge pivot à partir de la génération née en 1960, signifierait dans les faits la fin de l’âge légal de départ à la retraite. Avec la décote, il serait impossible de partir à 62 ans avec une pension décente !

Le phénomène s’accentuerait pour les femmes qui connaissent des carrières interrompues ou des temps partiels mais aussi pour l’ensemble des personnels précaires de l’Education.

 

MOTION DE SOUTIEN aux lycéens victimes de violences policières,

adoptée au CNU du 11 au 13 décembre 2019

 

Lors des manifestations contre la réforme des retraites du mardi 10 décembre, plusieurs lycéens ont été victimes de répression.

À Toulouse, Rami, lycéen de 17 ans du lycée Stéphane Hessel de Toulouse, militant du mouvement écologique, engagé contre toutes les réformes régressives du lycée, a été violemment interpellé par les forces de l’ordre alors qu’il manifestait pacifiquement. Sa garde à vue a été prolongée durant 48H malgré les nombreuses interventions exigeant sa libération immédiate.