Seconde phase de déconfinement :

c’est toujours « débrouillez-vous » pour les personnels.

 

Le Premier ministre, accompagné de Jean-Michel Blanquer, a annoncé ce jeudi 28 mai, les mesures de la phase 2 du déconfinement.

Il n’a rien annoncé quant à la fin de l’état d’urgence sanitaire qui est, pour la CGT Éduca’ction, une grave atteinte aux droits des salarié·es ainsi qu’aux libertés publiques et dont nous exigeons l’abandon. Nous dénonçons également le maintien de l’interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes.

 

Le progrès social et environnemental c'est possible et urgents.

La pandémie du Covid-19 frappe l’ensemble de la planète sans distinction de nationalité, d’origine ethnique ou sociale. Elle met en évidence les fractures entre les citoyens et les peuples (économique, sociale, environnementale, sanitaire, numérique…).

Cette crise sanitaire donne à voir l’échec du mode de développement capitaliste fondé sur l’exploitation de l’être humain et de la nature. Les inégalités sociales et sanitaires sont plus que jamais évidentes et ce sont les populations les plus pauvres qui subissent de plein fouet les conséquences de cette pandémie. Selon l’ONG Oxfam, ce sont près de 500 millions de personnes supplémentaires qui vont basculer dans la pauvreté avec la crise – soit un retour en arrière de dix ans.

Pour accéder au dossier en ligne sur le site de la CGT, cliquer ici

Télécharger le livret de 12 pages au format 

 

Projets de loi autour du téléenseignement et des missions

de direction d’école : propositions inacceptables.

 

Pendant la crise sanitaire, l’engagement et le dévouement des personnels ont permis de maintenir à flot les Services publics alors que nous subissions les effets des politiques libérales de casse de notre système (restrictions budgétaires, suppressions de postes, de lits dans les hôpitaux, externalisation et territorialisation, précarisation accrue des personnels, des missions, des locaux…). L’École a aussi dû s’adapter dans ce contexte et les personnels ont mis en place en urgence le maintien d’un lien entre les élèves et les apprentissages, loin du slogan ministériel de « continuité pédagogique ».

 

Réouverture des écoles : un bilan pas aussi positif

que veut le faire croire le ministre.

 

Alors que le ministre Blanquer annonce fièrement que plus de 90% des écoles sont ouvertes, la CGT Éduc’cation estime au contraire que la situation n’est pas aussi idyllique. En effet, il omet de préciser que de très nombreux personnels sont retournés travailler sans toutes les garanties sanitaires et pédagogiques pour eux et les élèves. Ces personnels ont ainsi privilégié l’exécution de leurs missions, chose qu’oublie de souligner le ministre.  

Les services sociaux de l’Education nationale :
les « invisibles» indispensables ?
Lettre ouverte au ministre de l’éducation nationale 

Les Lilas, le 12 mai 2020
Monsieur le Ministre de l’Éducation nationale, 

Depuis le début de la crise sanitaire qui impacte profondément notre pays, vous avez manifesté une sensibilité particulière aux impacts sociaux du confinement sur les élèves, leurs familles et les personnels, ce que nous partageons. C’est ce qui a motivé notre engagement à assurer la continuité sociale auprès des élèves et des personnels, à distance, et cela malgré les nombreux obstacles logistiques et matériels rencontrés.