Conforter l'orientation pédagogique de la refondation de l'éducation prioritaire est nécessaire pour ancrer et approfondir les réformes engagées en 2014. En ce sens, les mises en œuvre observées dans les Rep+ préfigurateurs par l'Inspection générale de l'éducation nationale (IGEN) sur le champ pédagogique (rapport 2016-050 de juillet 2016), sont encourageantes. Il s'agit maintenant de les conforter et de les renforcer, ce qui suppose  un pilotage bien établi et clairement identifié par tous : les équipes éducatives, les parents et les partenaires. 

En s'inscrivant dans la continuité de la circulaire du 4 juin 2014 relative à la refondation de l'éducation prioritaire, et en s'appuyant sur les préconisations du rapport des inspections générales sur le pilotage académique (rapport 2016-058 de juillet 2016), la présente circulaire complète et précise ce qui est attendu aux différents niveaux de pilotage de l'éducation prioritaire (national, académique et local)...

Lire la suite de la circulaire n° 2017-090 du 3-5-2017 relative au pilotage de l'éducation prioritaire

  • Décret n° 2017-169 du 10 février 2017 relatif au certificat d'aptitude professionnelle aux pratiques de l'éducation inclusive et à la formation professionnelle spécialisée (CAPPEI)

  • Arrêté du 10 février 2017 relatif à l'organisation de l'examen pour l'obtention du certificat d'aptitude professionnelle aux pratiques de l'éducation inclusive (CAPPEI

  • Arrêté du 10 février 2017 relatif à l'organisation de la formation professionnelle spécialisée à l'intention des enseignants chargés de la scolarisation des élèves présentant des besoins éducatifs particuliers liés à une situation de handicap, de grande difficulté scolaire ou à une maladie 

  • Circulaire du MEN n° 2017-026 du 14-2-2017 relative à la formation professionnelle spécialisée et au certificat d'aptitude professionnelle aux pratiques de l'éducation inclusive (Cappei)

 

Lire l'expression commune CGT-Éduc'action et SUD-Éduc'action "Le CAPPEI : une nouvelle casse de la formation spécialisée" au format  

La loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République a modifié l'article L. 122 du code de l'éducation pour faire de la lutte contre le décrochage scolaire une des missions centrales de l'éducation nationale. Le 21 novembre 2014, le Premier ministre et la ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche ont annoncé la mise en œuvre d'un plan national intitulé « Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire » ayant pour objectif de diviser par deux le nombre de jeunes qui chaque année quittent le système scolaire sans diplôme ni niveau de qualification suffisant. 

La mission de lutte contre le décrochage scolaire (MLDS) joue un rôle central dans la poursuite de cet objectif. Son action vise à prévenir le décrochage scolaire, à faciliter l'accès au diplôme et à la qualification des jeunes en situation de décrochage ainsi qu'à sécuriser les parcours de formation, en particulier dans le cadre du droit au retour à la formation.
Les missions et les compétences des personnels impliqués dans la lutte contre le décrochage scolaire ont été redéfinies notamment dans le cadre d'un nouveau référentiel national d'activités et de compétences. Les conditions d'exercice de ces personnels, en particulier leur régime d'obligation de service (ORS) et de rémunération, sont clarifiées et améliorées afin de mieux prendre en compte l'évolution de leurs missions ainsi que la diversité de leurs fonctions...

Lire la suite de la circulaire sur le site du MEN

 

Une fois de plus, les services de Vie Scolaire sont en première ligne face à l’actualité… 

La montée des dispositifs de sécurité impacte directement les collègues dans les établissements. L’éducation est renvoyée dans les placards, place à l’ordre et à la sécurité… 

Au quotidien, les CPE se voient de plus en plus chargé-es de tâches qui n’ont rien à voir avec la définition de leur métier. Ils-elles sont toujours considéré-es comme des Chef-fes de service devant avoir un rapport hiérarchique avec les Assistant-es d’Education (AEd). 

Il s’agit de les contrôler eux et elles aussi… les fameuses fiches de poste et autres grilles de service ne sont là que pour les asservir. Quel gâchis pour la vie scolaire... 

 

L’Institution voudrait faire passer les enseignant-es opposé-es à la réforme du collège pour des dinosaures, voire des réactionnaires, qui ne veulent rien changer au collège, qui ne tireraient aucune leçon des échecs de l’Education nationale. En substance des méchants syndicalistes qui paralyseraient la France par leurs postures idéologiques. Nous oserions nous satisfaire des « médiocres résultats » du système éducatif. 

Pourtant, la CGT Éducation fourmille d’idées pour l’école ; ses repères revendicatifs en sont d’ailleurs la preuve. Notre vision de ce que devrait être notre système éducatif n’est pas plus idéologique que celle que le ministère nous impose aujourd’hui. A la CGT, nous pensons que la réussite de tou-tes les élèves ne peut s’obtenir qu’avec des moyens pour lutter contre les difficultés et le décrochage scolaire, et non à grands renforts d’EPI et d’AP en classe entière...