Le gouvernement Macron poursuit sa politique libérale. Avec le projet CAP 2022, il veut développer la précarité contre le statut de la Fonction publique. Il s’attaque aux services publics et menace le sys-tème de retraite. Le ministre de l’Éducation nationale a présenté ses mesures pour la "revalorisation" de la voie professionnelle et, sans sur-prise pour nous, c'est une prolongation de la réforme Penicaud sur la formation professionnelle qui est, elle aussi, une mise à sac du service public !

Lire la suite dans le tract de la CGT-Éduc'action au format