Réussir l'entrée au lycée professionnel

Circulaire n° 2016-055 du 29-3-2016

La qualité de notre formation professionnelle initiale est un atout indispensable pour accompagner le dynamisme économique de notre pays. C'est pourquoi le Gouvernement souhaite, en partenariat avec les régions, développer l'appareil de formation en alternance par la voie de l'apprentissage mais aussi par la voie scolaire. Dans ce cadre, pour soutenir l'enseignement professionnel, 500 nouvelles formations seront créées dans les lycées professionnels, correspondant aux métiers de demain, soutenues par 1 000 postes d'enseignants dans l'éducation nationale pour la rentrée 2017...

Lire la suite

Voie professionnelle : où en est-on ?

Cette question, les personnels des lycées professionnels se la posent une nouvelle fois à cette rentrée. 
Les différents ministres nous avaient promis le bilan de la voie professionnelle, il n’a toujours pas été produit. Au lieu de cela, le ministère se contente de quelques mesurettes, du replâtrage. 
Ce n’est pas la communication vidéo de la ministre Najat Vallaud Belkacem, adressée à tous les personnels de LP, qui peut faire illusion. 6 ans après la réforme du bac pro, et l’introduction du tout CCF, les dégâts sont pourtant visibles et la rénovation de la voie pro, une totale illusion. A tel point que certains se plaisent à dire que le baccalauréat professionnel comme le baccalauréat technologique, ne devrait plus permettre au même titre que le bac général, l’accès à l’enseignement supérieur (voir rapport StraNES septembre 2015 remis au président de la république). 

Une année de formation enlevée à des milliers de jeunes, cela s’est traduit aussi par la suppression de 8 000 postes de PLP en dix ans : voilà une belle rénovation !  
Quel est l’avenir aujourd’hui pour ces jeunes munis d’un diplôme dont la reconnaissance s’effrite à grande vitesse ?...  

 

Lire la suite dans notre 4 pages spécial enseignement professionnelImage

 

Questions sur l’apprentissage(s) : ni tabou, ni totem ? 

Lorsque l’on parle de l’apprentissage, reviennent souvent les problématiques de concurrence (entre les LP et les CFA, entre les personnels), de qualité de la formation, etc... Ces problématiques sont réelles et importantes. Elles participent d’un système scolaire profondément inégalitaire.
Elles induisent des processus de repli sur soi qui sont dommageables pour les personnels et pour les jeunes. La FERC‐CGT est attachée à une formation initiale professionnelle de qualité, quel que soit son statut. Elle revendique pour ses personnels des conditions de travail leur pemettant d’assumer correctement ces missions.
Tout en luttant au quotidien contre ces difficultés, il nous importe, à la CGT, de faire des propositions concrètes pour gagner un droit à l’éducation permanente pour une formation émancipatrice tout au long de la vie...

Lire la suite dans le 12 pages spécial apprentissage de la FERC-CGT (juin 2015) 

Le ministère impose un décret instituant une indemnité de sujétion allouée aux enseignant-e-s assurant un service en classe de première, de terminale ou préparant à un certificat d'aptitude professionnelle. Ce décret supprime donc les indemnités de CCF.
Elles sont remplacées par une nouvelle indemnité de sujétion allouée aux enseignants assurant un service d'au moins 6 heures en classe de première ou de terminale Bac pro ou préparant à un CAP.
Le taux annuel de cette nouvelle indemnité est fixé à 300 € (pour la rentrée 2015) et 400 € (pour la rentrée 2016). 

Lire la suite dans le tract de la CGT-Éduc'action 

L’intersyndicale regroupant le SNETAA-FO, la CGT Educ’action, le SNUEP-FSU, le SNEP-FSU, le SNCL-FAEN, le SPIEN, le SIES, appelle l'ensemble des collègues des lycées professionnels, Segpa, Erea, SEP à se mobiliser contre les politiques mises en œuvre dans l’enseignement professionnel public...