AESH :


Une Retraite de Misère
 

 

 

Alors que la mobilisation contre la réforme des retraites se poursuit depuis plus d’un mois, les AESH tiennent à exprimer leur indignation devant un projet qui renforcera leur précarité à vie. 

La prise en compte de l’ensemble de la carrière pour le calcul de la pension, dont les périodes non travaillées, pénalise en particulier les femmes, mais aussi toutes les personnes ayant eu de longues périodes de chômage. Or, 90% des AESH sont des femmes et une grande majorité ayant commencé leur fonction sous forme de contrat aidé sont ipso facto des personnels avec de longues périodes de chômage : leur pension sera donc misérable !

Une nouvelle circulaire sur le cadre de gestion des AESH a été publiée le 6 juin 2019. Celle-ci comprend de maigres avancées (contrats 3 ans, toute petite prise en compte du travail invisible par un calcul du temps de travail sur 41 semaines), mais aussi d’importantes régressions (notamment les Pials).

Le texte officiel de la circulaire

Retrouver ici l'analyse de la circulaire par le collectif national AESH de la CGT Educ'Action : Lire l'analyse ....

 

Rentrée intolérable :

les AESH ne veulent plus subir

et s’organisent !

 

Le ministre Blanquer annonçait une rentrée 2019 “sous le signe de la maturité et de la réussite” en ce qui concerne la scolarisation des élèves en situation de handicap et leurs Accompagnant.es d’Élèves en Situation de Handicap (AESH). En réalité, beaucoup d’AESH se retrouvent aujourd’hui sans salaire, sans contrat, avec des acomptes indécents, une attente insupportable de leurs documents administratifs et des services de gestion souvent injoignables ou débordés.

 

 

 Les nouveautés de la rentrée


Une sécurité illusoire

 

 

Ensemble, ne soyons plus ignoré·es !


Alors que le ministre Blanquer prétend avoir créé “des contrats robustes” qui déprécarisent et sécurisent les AESH avec 30% de contrats à temps plein, dans un “service public de l’école inclusive”, alors qu’il revendique une “révolution copernicienne” où l’élève serait le centre de cette école, les AESH se voient proposer, pour cette rentrée, des contrats et conditions de travail pires que celles pratiquées jusqu’à lors. Les maigres avancées de la circulaire 2019-90 comme les contrats 3 ans et l’annualisation sur 41 à 45 semaines ne sont pas toujours respectées. Le temps de travail invisible pris en compte dans ces semaines reste minime, loin de la réalité du terrain, et permet dès à présent nombre d’abus de la part des académies.

 

Lire la suite et télécharger le 4 pages AESH  au format 

 

 

 

Académies et DSDEN

 

n’appliquent pas la circulaire 2019-90

 

 

La circulaire 2019-90 avait notamment pour objectif une harmonisation des conditions d’emploi des AESH. Or, depuis plusieurs jours, les AESH reçoivent des nouvelles concernant leur renouvellement ou leur recrutement révélant d’importantes disparités de traitement.

La lecture de la circulaire suscite visiblement de très diverses interprétations des académies et DSDEN ou n’est tout simplement pas prise en compte…