L’école, à Marseille comme ailleurs, nécessite une toute autre ambition

Alors que la communauté éducative marseillaise attendait des annonces ambitieuses pour ses écoles délabrées, le président de la République a annoncé comme mesure phare le « choix » des enseignant·es par les directeurs et directrices d’école. Cette mesure, totalement inappropriée et présentée comme une expérimentation généralisable à terme, est vécue comme une provocation par les personnels des écoles de Marseille.

AESH
UNE RENTRÉE PIRE QUE LES AUTRES
BLANQUER A PITIÉ DES AESH, MERCI MAIS
ILS.ELLES N’EN VEULENT PAS !

 

« Le 15 août, je viens d’avoir mon affectation au sein de mon PIAL. Je suis en lycée alors que j’avais demandé à être en primaire au regard de mon parcours et de mes compétences. La veille de la rentrée, j’apprends que je serai affectée en primaire et que je compléterai au collège si besoin. Le 1er septembre je me présente à l’école où se trouve l’élève que je suis sensée accompagner. Je découvre avec stupeur que ce dernier n’est pas scolarisé dans cette école. Il est midi et je n’ai pas d’affectation !». Ce témoignage d’AESH est tristement banal en cette rentrée 2021.

 

Collèges : rentrée 2021 Mobilisons-nous !

Les 18 derniers mois ont souligné l’importance de la nécessité d’un plan d’urgence pour l’École, comme la CGT Éduc’action le revendique depuis longtemps. Il n’en est malheureusement rien ! Aucune mesure ministérielle pour améliorer les conditions d’étude des élèves et de travail des personnels. Aucun plan de titularisation des personnels précaires ni aucune création de postes supplémentaires pour alléger les effectifs par classe et accompagner les élèves... Rien ne permettra d’aborder sereinement cette rentrée.

Nouvelle grille indiciaire des AESH au 1er septembre 2021 

Textes officiels : 

 

 

AESH : plus que jamais déterminé-es,
en grève le jeudi 3 juin !


L’intersyndicale nationale CGT éduc’action, FNEC-FP-FO, FSU, SNALC, SNCL-FAEN, SUD éducation appelle à une nouvelle journée de grève le 3 juin pour obtenir satisfaction aux revendications légitimes des AESH pour l’amélioration des salaires et la création d’un véritable statut, contre les PIAL et la précarité.

La journée nationale d’action du 8 avril, où les AESH, ont été très nombreuses et nombreux à s’être mobilisé-es, a permis d’alerter sur la situation subie par ces personnels, méprisés par l’Éducation nationale.