Le rendez-vous salarial convoqué par la ministre de la Fonction publique, Amélie de Montchalin, le 9 décembre, s’est avéré être plus une farce qu’une véritable négociation ! Alors que le SMIC va de nouveau être revalorisé au 1er janvier 2022, la ministre a refusé toute revalorisation du point d’indice, pourtant réclamée par l’ensemble des organisations syndicales. D’après la ministre, le salaire minimum dans la Fonction publique sera aligné sur le nouveau SMIC du 1er janvier 2022. C’est bien le moins puisqu’il s’agit d’une obligation légale ! Mais une nouvelle fois, on ne touche pas aux salaires de fin de grades : un nouveau tassement salarial va inévitablement se produire. Et en comparant les salaires des différentes catégories par rapport au SMIC, les répercussions sont et seront importantes. Explications...

 

Soutien contre la répression anti-syndicale à Clermont-Ferrand :

mobilisé·es le 1er février !

Le samedi 18 janvier 2020 devaient avoir lieu les premières épreuves E3C du nouveau baccalauréat de Blanquer au lycée Blaise Pascal de Clermont-Ferrand.
Un rassemblement devant le lycée avait été organisé par une intersyndicale (FSU, CGT, SUD, FO, SNALC, UNEF) en lutte contre les réformes du lycée, du baccalauréat, des retraites, et avait réuni plus de 200 personnes.

Il n’y a eu aucun passage en force, aucun franchissement de grilles ou de portails fermés, aucune dégradation et aucun·e élève n’a été empêché·e de se rendre aux épreuves.

 

Pour les postes, les salaires,

l’abandon des réformes Blanquer, mobilisé·es pour gagner

 

La mobilisation des personnels du 13 janvier 2022 a été exceptionnelle que ce soit en termes de taux de grévistes et nombre de manifestant·es sur tout le territoire.

Des années de politiques d’austérité ont mis à mal les services publics, comme celui de la santé ou de l’Éducation, et la crise sanitaire n’a fait que mettre en exergue ce phénomène, provoquant l’exaspération des collègues se retrouvant seul·es face à l’incurie du gouvernement.

 

 

Poursuivons la mobilisation dès la semaine prochaine !

Toutes et tous dans l’action le 20 janvier

et préparons une grève massive le 27 janvier

 

Le jeudi 13 janvier a été une journée de grève d’une ampleur exceptionnelle. Les annonces faites par le premier ministre et le ministre de l’Éducation nationale ne sont pas suffisantes. Néanmoins, elles ont montré que la grève des personnels et de l’ensemble des acteurs de la communauté éducative a un impact fort, et que nous pouvons obtenir satisfaction sur nos revendications.

Après le 13 janvier…

Nous ne voulons pas des miettes,

mais nous exigeons le gâteau.

 

La CGT Éducation se félicite de la réussite exceptionnelle de la journée de grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale. Les personnels se sont largement mis en grève pour dénoncer leur état de fatigue et la dégradation de leurs conditions de travail face à la faillite de la gestion sanitaire ministérielle, mais aussi le mépris de leur ministre et le fait qu’aucune de leurs revendications portées depuis de très nombreux mois ne soit écoutée.