Enquête violence

 
La CGT Éduc'Action s'adresse à l'ensemble des personnels afin de mener une campagne d'ampleur sur les violences sexistes et sexuelles dans le cadre du travail.
 
Cette enquête a un triple objectif :
  • Sensibiliser les salarié·es et les représentant·es des salarié·es
  • Dégager des pistes d'action à partir de l'état des lieux
  • Imposer la mise en place de mesures concrète

 Je complète l'enquête en cliquant ici


 

Depuis janvier 2019, 131 femmes sont mortes sous les coups de leur compagnon ou ex-compagnon.
Au travail, 80% des femmes disent être victimes de sexisme, 20% de harcèlement sexuel et 10 viols ou tentatives de viol ont lieu chaque jour en France sur un lieu de travail.
Le 25 novembre de cette année aura lieu la 20ème journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes. Ce jour-là, le gouvernement communiquera les résultats du Grenelle contre les violences conjugales mais les premières pistes annoncées, comme le budget, sont déjà bien en dessous de ce qu'exige la situation.

 

Le 8 mars 2019 se situe dans un contexte exceptionnel pour la mobilisation féministe.

Tout d’abord parce que celle-ci va en s’accroissant avec la participation de plus en plus de jeunes. Il n’y a qu’à regarder la journée du 24 novembre 2018 : entre 50 et 80 000 femmes, hommes, jeunes et moins jeunes, ont défilé sur tout le territoire pour dire NON aux violences sexistes et sexuelles. Une première en France ! Au sortir d’un procès en diffamation peu médiatisé, enfin la parole des femmes a été entendue au point que la procureure de la République a demandé la relaxe de celles qui étaient poursuivies par celui qu’elles avaient accusé, mais qui avait échappé au procès du fait de faits prescris. Le délibéré est attendu pour le 19 avril.

Le mouvement des gilets jaunes met en lumière la participation de nombreuses femmes qui sont les premières victimes de la précarité et qui ont trouvé cet espace pour dénoncer leur situation.

Lire la suite du 4 pages "spécial 8 mars" au format 

 

 

 

 

1er état des lieux du sexisme en France : lutter contre une tolérance sociale qui persiste

 

Le Haut Conseil à l’Egalité publie ce jour son 1er état des lieux du sexisme en France , conformément à la mission confiée par la loi relative à l’égalité et la citoyenneté du 27 janvier 2017. Ce rapport a pu bénéficier des contributions de l’ONDRP, du CREDOC et de la DREES.

Le sexisme est une idéologie qui repose, d’une part, sur le postulat de l’infériorité des femmes par rapport aux hommes, et d’autre part, c’est un ensemble de manifestations, des plus anodines en apparence aux plus graves (remarques, représentations stéréotypées, sur-occupation de l’espace… jusqu’à entrave à l’avortement, viols, meurtres,…).

 

UN NOUVEAU GUIDE POUR L’ÉGALITÉ DANS LA FONCTION PUBLIQUE !

 

La CGT Fonction publique lance une grande campagne pour gagner l’égalité professionnelle femmes hommes dans la Fonction publique.

Dans la Fonction publique, 62% des agent.e.s sont des femmes et les inégalités salariales sont de 19%. Malgré les mesures prises ces dernières années, il reste de fortes inégalités: outre les inégalités salariales, inégalités dans l’accès aux postes de direction, dévalorisation des emplois très largement féminisés, retard de carrière, précarité d’une frange importante d’agent.e.s, violences sexistes et sexuelles… La liste des inégalités est longue, même dans la Fonction publique! Pour la CGT le combat pour l’égalité est une priorité.