Assassinat d’un enseignant des Yvelines : entre horreur, tristesse et colère

 

La CGT Éduc’action tient, en tout premier lieu, à exprimer son soutien le plus profond aux proches de la victime mais aussi à ses collègues et  à ses élèves.

Pour la CGT Éduc’action, c’est toute notre profession qui est endeuillée mais qui restera combative parce que l’École doit rester le lieu du vivre ensemble, de l’émancipation et doit former des citoyen.nes libres et éclairé·es.

 

 

Non à l’état d’urgence et à la privation de libertés.

Oui à un plan d’urgence pour l’hôpital et l’École publique

 

Les annonces mercredi 14 octobre du Président de la République pour lutter contre la montée de l’épidémie démontrent une fois de plus que les décisions de ce gouvernement sont incohérentes, inefficaces et principalement guidées par une idéologie ultra libérale et autoritaire. 

Le gouvernement a démontré son incapacité à gérer intelligemment et efficacement une crise sanitaire : stocks stratégiques de masques, de réactifs pour les tests, de médicaments insuffisants voire inexistants en mars, campagnes de tests non ciblées avec des résultats délivrés bien trop tard rendant les tests inutiles à l’automne, messages contradictoires adressés à la population.

 

 

Revalorisation : le ministre doit revoir sa copie

 

Le ministère a présenté aux organisations syndicales ses derniers scénarii de revalorisation pour les personnels pour l’année 2021.

Le ministère a fait le choix de privilégier l’indemnitaire comme unique moyen de revalorisation des personnels.

Au vu des annonces salariales, la CGT Éduc’action ne peut que pointer l’inconséquence du ministère sur une question pourtant essentielle pour les personnels.

 

 

Organisation du Baccalauréat :

la CGT Éduc’action dénonce le calendrier du bac 2021 !

 

Mardi 6 octobre, les organisations syndicales ont été reçues par le ministère pour une « concertation » sur le calendrier et l’organisation du nouveau baccalauréat. Outre que cette réunion intervient une semaine après la publication du calendrier 2021 – au cours d’un entretien au Figaro – elle laisse beaucoup de questions en suspens et certaines réponses sont loin d’être satisfaisantes.

Les conditions d’examen restent les mêmes que précédemment (deux surveillant·es par salle etc.) et la rémunération des examinateurs et examinatrices identique.

 

 

Direction d’école :

des discussions qui s’éternisent et aucune avancée.

 

Il y a un an, la disparition tragique de notre collègue Christine Renon soulignait les difficiles conditions de travail des directeur·trices d’école et leur isolement. C’est dans ce contexte que le ministère a relancé une série de réunions pour évoquer la question de la direction d’école. C’était il y a un an et cela faisait suite à de nombreuses autres rencontres antérieures sur la même question.

Un an après, alors que la charge de travail des directeur·trices s’est amplifiée avec la nécessité de gérer la crise sanitaire, aucune mesure concrète et immédiate n’a été avancée par le ministère pour améliorer les conditions de travail des personnels. À ce jour, l’administration a consentie à un moratoire sur certaines enquêtes et a instauré une indemnité exceptionnelle de rentrée de 450€ pour les directeur·trices en postes au 1er septembre 2020… Faibles mesures au regard de l’urgence et des attentes des personnels.