CPE, Vie scolaire

Assistants d'éducation en préprofessionnalisation

 

Lire la circulaire n° 2019-156 du 6-11-2019 paru dans le BO n° 41 du 7 novembre 2019

Références :

- article L. 916-1 du Code de l'éducation
- loi n° 83-634 du 13-7-1983
- loi n° 84-16 du 11-1-1984 modifiées
- loi n° 2019-791 du 26-7-2019
- décret n° 2003-484 du 6-6-2003
- décret n° 86-83 du 17-1-1986 modifiés
- décret n° 2019-981 du 24-9-2019
- arrêté du 6-6-2003 modifié
- circulaire n° 2003-092 du 11-6-2003

Pour améliorer l'attractivité du métier de professeur et faire émerger un nouveau vivier de candidats, la loi Pour une École de la confiance prévoit la possibilité pour les établissements d'enseignement scolaire de recruter des assistants d'éducation qui pourront bénéficier sur trois ans d'un parcours de professionnalisation et, progressivement, exercer des fonctions d'enseignement ou d'éducation.

 

 

CPE : urgence ! A quoi joue le ministère ?

 

Certes les CPE forment « un petit corps » au sein de notre gigantesque institution qu’est l’Éducation nationale mais elles et ils sont au coeur du système. La Vie scolaire dont le travail est basé sur l’écoute et de la bienveillance est un élément essentiel de l’accueil des élèves dans nos établissements.

      Trois ans pendant lesquelles nos conditions de travail ne se sont pas forcément améliorées ;

      Trois ans de lutte pour faire reconnaître nos 35 heures et les récupérations qui vont avec lorsque nous dépassons nos horaires ;

      Trois ans pendant lesquelles nous avons du rappeler à nos inspecteur·trices, à nos chef·fes que nous ne sommes pas des PERsonnels de DIRection, pas des chef·fes de services mais des CPE, des pédagogues en charge des élèves avec un travail éducatif en lien avec les équipes enseignantes ;

      Trois ans, pour certain·es, de souffrance au travail, de burn-out, de bore-out, de brown-out (nouvelle pathologie qui touche le·la salarié·e laminé·e par l’absurdité quotidienne des tâches à accomplir) ;

      Trois ans pendant lesquels de trop nombreux·euses collègues craquent sous le management autoritaire ;

      Trois ans de doute… 

Lire la suite de notre 4 pages sous format 

 

 

 

Pour la réintégration des CPE dans le statut dérogatoire au statut général de la Fonction Publique

 

Au printemps dernier, le Conseil d' État a effectué une nouvelle lecture de l'article 10 de la loi du 11 janvier 1984 « portant dispositions relatives à la fonction publique de l'État », considérant que les CPE ne constituent pas un corps dérogatoire au statut général de la Fonction Publique puisque non-enseignants.

La sortie du régime dérogatoire pour les CPE induit immédiatement des différences de traitement pour ce corps et inquiète sur des évolutions futures quant à leur positionnement au sein de l’équipe pédagogique.

Une fois de plus, les services de Vie Scolaire sont en première ligne face à l’actualité… 

La montée des dispositifs de sécurité impacte directement les collègues dans les établissements. L’éducation est renvoyée dans les placards, place à l’ordre et à la sécurité… 

Au quotidien, les CPE se voient de plus en plus chargé-es de tâches qui n’ont rien à voir avec la définition de leur métier. Ils-elles sont toujours considéré-es comme des Chef-fes de service devant avoir un rapport hiérarchique avec les Assistant-es d’Education (AEd). 

Il s’agit de les contrôler eux et elles aussi… les fameuses fiches de poste et autres grilles de service ne sont là que pour les asservir. Quel gâchis pour la vie scolaire... 

Les rentrées se suivent et hélas se ressemblent
A la rentrée 2014, quel bilan ?

Nous attendons toujours le changement, allons-nous enfin le voir un jour…
Il paraît que l’Ecole reste une des priorités du nouveau gouvernement, oui mais quelle école ? Entre les cadeaux faits au patronat, l’instauration d’une véritable politique de rigueur, l’école serait épargnée ?

Lire la suite dans notre 4 pages Vie scolaire (nov. 2014)