Rentrée 2020 pour les AESH :

Pas de masques

et mépris de l’institution !

 

Il faut croire que la mise en lumière de la situation de la rentrée du 11 Mai n’a servi à rien. La sortie du Guide AESH ministériel non plus : malgré leur appartenance à la communauté éducative clamée par le ministère, les AESH continuent d’être oublié·es et opprimé·es. La généralisation des Pials accentue cette situation inacceptable...

Comme chaque rentrée, les mêmes situations se répètent : difficultés à joindre l’administration, flou dans les informations, changement d’affectation arbitraires accentué par la généralisation des Pials, contrats non signés avant la rentrée. Et comme en mai, il n’y a pas de l masques pour les AESH ! Rien n’est prévu pour ce personnel !

 

Rémunération et temps de  travail  des AESH :

les organisations syndicales FSU / SE-UNSA  / SGEN-CFDT / CGT Éduc’Action / SNALC / SUD éducation

dénoncent un statu quo  inacceptable.

 

Alors que l’amélioration de la situation des AESH est présentée comme un objectif du Comité Consultatif AESH installé le 27 février dernier, et que le constat est sans appel, aucune proposition satisfaisante au regard de l’urgence sociale n’est formulée par le ministère.

Les constats sont flagrants :

  • Le temps incomplet est la règle : malgré leur demande de travailler à temps plein, les AESH sont massivement maintenu·es à temps incomplet (en moyenne 62 %).

  • Les augmentations de rémunération liées à l’ancienneté ne sont quasiment pas appliquées : 72 % des AESH sont rémunéré·es à l’indice plancher (indice 329), parmi les salaires les plus bas de la Fonction publique

 

Réouverture des écoles :

Les AESH ne sont pas corvéables à merci !

 

 

Alors que le ministère clame haut et fort que les AESH font partie de la communauté éducative, ces agent·es se retrouvent sans masques ! De plus, malgré un protocole spécial AESH, ils et elles se voient sommé·es d’exécuter des tâches hors missions... 

Depuis le début du confinement, nombre d’AESH n’ont eu de nouvelles de leur hiérarchie que la veille de la réouverture. Les DSDEN sont injoignables et ignorent les AESH qui ne savent pas comment récupérer les documents et où les envoyer. Des académies continuent de refuser les ASA garde d’enfants alors que le ministère préconise une souplesse.

 

AESH et télétravail :


Des exigences surréalistes !

Alors que la situation exceptionnelle de confinement que traverse la France a engendré la fermeture des écoles et la mise en place du télétravail, les AESH (Accompagnant·es d’élèves en Situation de Handicap) se retrouvent dans des difficultés majeures pour assurer la « continuité pédagogique » des élèves en situation de handicap, exigée par le ministère. 

Pour rappel, lors de l’installation du confinement, des AESH ont essuyé les premières dérives en devant se rendre dans leurs établissements pour faire du ménage ou désinfecter les locaux.

 

Conférence sur le Handicap : Mépris et Mensonges

de M. Macron pour les AESH !

 

Mardi 11 février, Emmanuel Macron et son ministre Jean-Michel Blanquer intervenaient pendant la conférence  sur le handicap en précisant le devenir des Accompagnant·es d’Élèves en Situation de Handicap (AESH). Ils se félicitent des contrats précaires de 3 ans, de la continuité de la mutualisation à outrance et du périscolaire en vue d’un travail à temps plein.

 

“Une Nation faite de citoyen·nes à part entière” se targue le président Macron. C’est sans compter les AESH qui, au sortir de cette conférence sur le handicap, se retrouvent toujours aussi méprisé·es, exploité·es, oublié·es !