Au début du mois de novembre, l'intersyndicale de l'enseignement professionnel (CGT-Éduc'action, SNUEP-FSU, SNEP-FSU, SNETAP-FSU, SNETAA-FO, SUD Éducation, SNALC-FGAC, FAEN) s'est adressée au ministre de l’Éducation, Vincent Peillon, sur la question du mode de certification des diplômes de la voie professionnelle, CAP, BEP et Baccalauréat professionnel. Ceux-ci sont, aujourd'hui, principalement délivrés par un contrôle en cours de formation (CCF) dont la généralisation a provoqué une grande désorganisation de la scolarité des élèves, une aggravation des conditions de travail des personnels  et présente une menace  sur la valeur nationale des diplômes...

Voie pro : Quel changement ?

Il y a plus d’un an François Hollande était élu président de la République mettant en avant le mot d’ordre du changement. Force est de constater que le changement annoncé n’a pas été à l’ordre du jour, en particulier pour la voie professionnelle. 
Les personnels des lycées professionnels et des sections d’enseignement professionnel voient leurs conditions d’exercice continuer à se dégrader, les élèves de ces établissements subissent des conditions d'études de plus en plus difficiles. 
Les créations de postes annoncées sont à peine perceptibles dans une politique globale d’austérité qui touche aussi l’Éducation nationale...

Lire la suite dans notre 4 pages spécial enseignement professionnelImage

Les Sections de Techniciens Supérieurs (STS), comme l’ensemble de la voie technologique dont elles sont la poursuite logique, sont une spécificité française.
La réforme «Licence/Master/Doctorat » (LMD), qui ne reconnait plus de diplômes du supérieur sanctionnant des parcours post?bac en 2 ans, aurait dû signer leur disparition si le patronat n’avait pas tenu au maintien de ces sections dont les qualités sont reconnues dans la formation des Techniciens Supérieurs dont il a besoin...

Lire la suite dans notre 4 pages spécial BTS 

 

Monsieur le Ministre,

Vous avez entériné une réforme des épreuves de langues vivantes, initialement imposée par le gouvernement antérieur. Elle s'applique à cette session 2013 du baccalauréat.

Les modalités sont les suivantes : en plus de l'épreuve écrite en fin d'année scolaire, presque tous les élèves vont désormais passer deux épreuves orales, l'une de compréhension (écoute d’une émission de radio ou de télévision… et compte-rendu en français), l'autre d'expression orale sur l’une des quatre notions inscrites au programme...

 

 

Les programmes d'histoire-géographie au collège et au lycée ne sont pas satisfaisants. Après ceux de première générale, ceux de troisième et de Terminale s'annoncent particulièrement difficiles à mettre en œuvre. Accumulant un nombre trop important de chapitres et d' « études », ils entraînent un survol indigeste de thèmes qui s'enchaînent à un rythme effréné.