A.T.S.S.

La deuxième réunion de la mise en place du Parcours Professionnels Carrières et Rémunérations dans la filière sociale a eu lieu le 16 décembre 2016, la première s’étant tenue le 15 novembre. Entre ces deux dates, les propositions de grille indiciaire et d’intégration en catégorie A qui n’est pas le A type ont été validées par Manuel Valls avec de légers aménagements. La concertation est donc pratiquement close. 

D’ici au 1er juillet 2018 se met en place dans la filière sociale le PPCR de la catégorie B... 

Lors du Comite Technique Ministériel du 15 décembre 2016 les mesures pour la rentrée 2017 ont été présentées : sont annoncés 95 créations de postes d’assistants de service social « qui serviront à accentuer les services des élèves principalement en zone d’Education prioritaire ». 

Pour la CGT Educ’action cette proposition vient contrecarrer les promesses de la Ministre, qui avait mentionné 300 créations de postes dont 150 pour l’année 2017. Ce qui est inadmissible !...  

ARNAQUE ET SUPERCHERIE
SUR LES PARCOURS PROFESSIONNELS,
DES CARRIERES ET DES REMUNERATIONS
P.P.C.R.

Le PPCR : Qu’est-ce que c’est ?

Le PPCR peut se traduire en 4 grandes mesures : 

 

Le dernier trimestre 2016 a vu se développer une mobilisation de grande ampleur contre la loi travail qui constitue un recul historique pour les salarié-es, ce qui est inacceptable pour la CGT. Ce projet de loi n’a fait l’objet d’aucune négociation préalable avec les principales organisations syndicales et a été adopté sans débat parlementaire grâce à l’article 49.3. Ce déni de démocratie est le signe d’un échec patent !!

D’autres projets ont été adoptés sans aucune légitimité démocratique, tel que le PPCR, (Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations) et aussi le RIFSEEP, nouveau régime indemnitaire, qui concerne tous les personnels, administratifs, sociaux et de santé...

 

Le dernier trimestre 2016 a vu se développer une mobilisation de grande ampleur contre la loi travail qui constitue un recul historique pour les salarié-e-s, ce qui est inacceptable pour la CGT. Ce projet de loi n’a fait l’objet d’aucune négociation préalable avec les principales organisations syndicales et a été adopté sans débat parlementaire grâce à l’article 49-3. Ce déni de démocratie est le signe d’un échec patent !!