Ce CTM se déroule dans un contexte relativement tendu.

La reprise de janvier a été plus que chaotique et très compliquée pour les collègues qui parfois se sont senti.es au bout du rouleau tant la pression était forte et les conditions de travail dégradées.

Nous avons pourtant, à maintes reprises, alerté sur l’état de fatigue et d’exaspération des personnels qu’il s’agisse de la gestion de la crise sanitaire que du manque de moyens humains et matériels nécessaires pour que cette crise soit traversée dans les meilleurs conditions.

 

Aménagements des examens :


la mobilisation paie, alors poursuivons-la


Jean-Michel Blanquer a annoncé ce vendredi 28 janvier ses arbitrages sur les examens 2022. La CGT Éducaction se félicite que les exigences des personnels mobilisés aient été entendues sur bien des points : diminution du nombre de semaines de périodes de formation en milieu professionnel requises pour les examens dans la voie professionnelle, suspension de lattestation de langue vivante, diminution du nombre de textes pour loral de lépreuve anticipée de français en premières générale et technologique...

La CGT Éducaction prend acte du report des épreuves de spécialités au mois de mai, ce qui permettra aux élèves, comme aux enseignant·es, de les préparer plus sereinement. Toutefois, dans cette optique, elle regrette que le ministre ne les ait pas repoussées au mois de juin afin de leur laisser un temps de préparation plus conséquent.

 

Gagner des augmentations de salaires

et la création de postes statutaires.

C’est l’urgence aujourd’hui.

Après la très forte mobilisation du 13 janvier et les nombreuses actions de la semaine suivante, les personnels de l’Éducation nationale se sont à nouveau très largement mobilisés ce jeudi 27 janvier pour exiger des augmentations de salaire et des créations de postes statutaires.

Cette nouvelle mobilisation montre le niveau d’exaspération des personnels face à la gestion de la crise sanitaire par leur ministère, mais également leurs exigences vis-à-vis des politiques menées pour les Services publics, les conditions de travail et d’étude ainsi que pour les rémunérations et les carrières.

 

 

Comprendre pour s’y opposer 

 

     
Dans nos écoles   Dans nos établissements scolaires

 

 

 

Le gouvernement doit répondre :

Préparons une grève massive jeudi 27 janvier !

 

La journée de grève et de manifestation du 13 janvier a bousculé le gouvernement. Celle-ci a contraint le premier ministre à recevoir les organisations syndicales et la FCPE, à faire de premières annonces et à entamer des discussions avec les organisations syndicales. Pour autant les réponses ne sont pas à la hauteur de la colère qui s’est exprimée. En outre, le refus de dialogue avec les organisations syndicales lycéennes est incompréhensible et les discussions avec le CNVL insuffisantes et précipitées.

- Aucun engagement chiffré sur le recrutement sur liste complémentaire, cantonné au 1er degré !

- Amplification du recours aux emplois précaires !

- Rien sur les salaires !

- Distributions insuffisantes de protections aux personnels, en nombre comme en termes de calendrier !